Roselyne Dupont-Roc - Antoine Guggenheim - Salon du livre chretien de Dijon

DUPONT-ROC Roselyne

Roselyne DUPONT-ROC

Agrégée de grammaire, bibliste, a enseigné 25 ans à l’Institut Catholique de Paris le grec biblique et l’exégèse du Nouveau Testament, notamment les lettres de Paul.

Antoine GUGGENHEIM (co-rédacteur)

Il a été président de la Faculté Notre Dame, fondateur et directeur du pôle de recherche du Collège des Bernardins ; il est co-fondateur de Up for Humanness (2016).

Dernier ouvrage publié

  • « Après Jésus, l’invention du christianisme » (Albin Michel)

Présentation du livre

Que sait-on des débuts du christianisme ? On l’imagine le plus souvent selon la vision d’Eusèbe de Césarée comme une religion d’emblée toute constituée, une Eglise instituée par Jésus avant sa mort.

C’est cette fausse image que nous avons voulu dénoncer, pour plonger dans l’effervescence du christianisme naissant durant les les deux premiers siècles.
En vérité, qu’est-ce que Jésus avait laissé : aucun écrit, aucun credo, aucun clergé….seulement un repas en mémoire de lui et la prière juive du Notre Père.

Que s’est-il passé alors ? Ses disciples, ceux qui croyaient en lui  se sont alors rassemblés pour faire mémoire de lui; leurs assemblées, qui ont pris le nom d’ « églises » (ekklesiai en grec) ont été les lieux de « fabrique » de récits et de rites qui se sont peu à peu constitués jusqu’à produire les évangiles…
Ils se sont répandus toujours plus loin dans l’immense Empire romain, atteignant très vite Rome (dans les années 40), pour passer même les  limites de l’Empire (au troisième siècle) ; des petites communautés qui se dégagent lentement de leur matrice juive, s’intègrent lentement aussi à la culture gréco-romaine, sans compromis ni affrontement encore avec les autorités de l’Empire.

Voilà ce que nous voulons faire découvrir à nos lecteurs : un christianisme naissant mal connu, sans dogme, sans hiérarchie, sans image… un christianisme où tout était possible, où tout était à inventer.

Comment procéder ? Nous avons eu la chance de pouvoir réunir près de 80 spécialistes autour de ce projet aussi passionnant qu’ambitieux : historiens, exégètes, sociologues, théologiens, philosophes, ont dialogué entre eux sans gommer leurs divergences de méthode et de point de vue…
C’est ce qui fait aussi, je crois, l’intérêt et la richesse de ce livre que je viens présenter à ce Salon.

Vidéo

Laisser un commentaire